Dans quelles situations cliniques  Abonné

Publié le 08/03/2012

Si ces médicaments sont tous utilisés, par définition, dans les épisodes dépressifs (obligatoirement en association avec un thymorégulateur dans les formes bipolaires pour éviter le « virage maniaque »), leurs emplois débordent bien au-delà de cette pathologie : troubles obsessionnels-compulsifs ou TOC (fluoxétine, paroxétine, sertraline), qu’ils soient d’ailleurs accompagnés ou non d’une symptomatologie dépressive, le trouble panique (paroxétine, citalopram), l’anxiété généralisée (venlafaxine), certaines douleurs neuropathiques (clomipramine, imipramine, duloxétine et autres inhibiteurs d

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte