La Pharmacie à voix basse

Chut, on soigne ! Abonné

Publié le 27/02/2012

AU COMPTOIR des officines, il y a des mots - des maux - qu’il vaut mieux parfois dire à voix basse. Non pas qu’ils soient honteux, sales ou inavouables. Simplement, il faut se rendre à l’évidence, l’exercice de la pharmacie touche de temps à autre des sujets sensibles. Ces tabous qui n’en sont pas, nous en avons recensé au moins 10. Des troubles de l’érection au sevrage alcoolique en passant par les situations pénibles du deuil ou d’échecs à répétition chez un couple en désir d’enfant, nombreuses sont les occasions de dialogues chuchotés. L’argent, même, semble indésirable dans les propos de…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte