Parapharmacie et contrefaçon - Savez-vous reconnaître le vrai du faux ?

Parapharmacie et contrefaçonSavez-vous reconnaître le vrai du faux ?

28.11.2011

Si le pharmacien français est plutôt épargné par les circuits de la contrefaçon, il peut être parfois confronté aux effets néfastes de faux cosmétiques achetés de bonne foi ici ou là. Conseils pour éclairer vos clients sur les risques liés à ces produits.

COMME le trafic des faux médicaments, celui des cosmétiques (et des parfums) s’avère très lucratif et se développe de manière inquiétante. Sur Internet, mais aussi à la sauvette ou même en boutique. Pour que les contrefaçons soient rentables au maximum, des économies sont faites à tous les niveaux, sur les composants, les contrôles (inexistants), le packaging et les conditions de stockage. Résultat : au mieux les dermocosmétiques n’ont pas les effets attendus, au pire ils ont des effets...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires