Nutrivigilance et compléments alimentaires - Mieux déclarer les effets indésirables

Nutrivigilance et compléments alimentairesMieux déclarer les effets indésirables

Mélanie Maziere
| 26.04.2018

Instaurée en 2009, la nutrivigilance à la française présente un dispositif unique permettant la surveillance de certaines catégories d’aliments, notamment les compléments alimentaires. Face à une sous-déclaration chronique des effets indésirables, l’ANSES appelle les pharmaciens à la rescousse.

Parmi les missions de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, l’environnement et le travail), la vigilance sanitaire s’est développée dans différentes catégories de produits (pharmacovigilance vétérinaire, toxicovigilance, etc.). C’est ainsi qu’est née la nutrivigilance, qui se consacre non pas à l’ensemble de l’alimentation, mais à quatre types de produits au premier rang desquels figurent les compléments alimentaires puisqu’ils trustent « plus de 90 %...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Olivier Véran

Olivier Véran veut relancer la production de médicaments en Europe

Hier au Sénat, le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est montré rassurant quant au risque sur l'approvisionnement en médicaments du fait de l'épidémie de coronavirus qui paralyse l'industrie chinoise. Il prône... 1

Partenaires