Du conseil minimal à l’arrêt définitif

Le rôle du pharmacien dans le sevrage tabagique  Abonné

Publié le 10/11/2011
La réussite du sevrage tabagique ne dépend pas seulement du dosage et de la bonne utilisation des substituts nicotiniques, mais de l’aide que les professionnels de santé, dont les pharmaciens, apportent au fumeur qui cherche à se libérer du tabac.
Une question de volonté et de dépendance

Une question de volonté et de dépendance

LA FRANCE compte 11 à 12 millions de fumeurs et 70 % ont essayé ou prévu d’arrêter de fumer. « L’échec constructif est bien l’apanage du sevrage tabagique et il n’y a aucune raison de se décourager quand les tentatives d’arrêt échouent, prévient le Dr Étienne André, addictologue, médecin de Santé Publique à Grenoble. Pour aider un fumeur à prendre sa décision, il faut l’interroger sur sa motivation et savoir en quoi le fait de fumer devient incompatible avec sa façon de vivre (déclin de sa santé, pollution pour ses proches, coût…).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte