Cyberpharmacies

Le faux départ de la vente en ligne  Abonné

Par
Publié le 24/03/2014
En France, rien n’a jamais interdit la vente en ligne de médicaments. Une brèche exploitée par quelques pionniers fin 2012, alors que le gouvernement s’apprêtait à transposer une directive européenne autorisant cette pratique sur son territoire. Néanmoins hostiles à cette forme de libéralisation, les pouvoirs publics ont choisi un encadrement strict des sites marchands.

CELA FAISAIT des années que le sujet était régulièrement abordé dans l’Hexagone, puis balayé d’un revers de main. Mais sauf à accepter de payer des pénalités élevées, la France n’a pas eu d’autre choix que de transposer une directive européenne et donc autoriser la vente en ligne de médicaments avant le 1er janvier 2013. Certains ont su s’y préparer, peut-être même ont-ils contribué à cette transposition dans les temps de la directive de l’Union européenne. Pour d’autres, c’est un coup de massue et une brèche de plus pour la pharmacie d’officine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte