Rappel physiopathologique

Publié le 05/10/2021

Voyant alterner des phases processuelles actives et des périodes de rémission, la spondyloarthrite débute souvent au niveau cervical ou sacré, par une inflammation aiguë de l’enthèse (enthésite), la zone d’insertion des tendons, ligaments et capsules articulaires sur l’os, qui appartient à la fois à la structure s'insérant sur l'os et à l'os sur lequel elle s'insère, ayant une structure histologique qui lui est propre. La résorption de cette inflammation laisse une cicatrice fibreuse qui s'ossifie en formant progressivement une enthésophyte.L’affection gagne plus ou moins rapidement un nombre parfois important d’articulations. Elle finit notamment par s’étendre à la colonne vertébrale entière (spondylus = vertèbre). Les zones concernées s'enraidissent peu à peu jusqu'à une ankylose totale.À un stade avancé de la maladie, la cambrure lombaire disparaît et le dos se voûte (cyphose). La mobilité des articulations périphériques finit par être également limitée : la spondyloarthrite peut s'accompagner d'une atteinte thoracique susceptible d’entraîner une insuffisance respiratoire, d'arthrites périphériques (mono- ou oligoarthrites asymétriques prédominant aux hanches et aux membres inférieurs). Elle se manifeste généralement par des douleurs lombofessières évoquant celles d’une sciatique, uni- ou bilatérales, plus intenses en fin de nuit et le matin - sans toutefois qu’il y ait de corrélation entre l’intensité des douleurs ressenties et l’importance du handicap. Le syndrome inflammatoire reste généralement peu marqué au plan biologique, voire même absent dans 20 à 30 % des cas.Les formes extra-articulaires de spondyloarthrite ne sont pas rares. Ainsi, Les spondyloarthrites se caractérisent par une fréquence importante d’atteintes oculaires (30 % des cas), qui se manifestent typiquement et principalement par une uvéite antérieure aiguë. Ces maladies inflammatoires représentent même la première cause d’uvéite dans les pays occidentaux. Une uvéite peut d’ailleurs être la manifestation inaugurale permettant le diagnostic de l’affection systémique, avec un œil rouge douloureux et une diminution importante de l’acuité visuelle. La réaction inflammatoire est intense, rapidement évolutive, de type fibrineux. Le traitement corticoïde local permet une évolution favorable s’il est instauré rapidement et à doses efficaces. Ces uvéites ont tendance à récidiver fréquemment, souvent au niveau du même œil, entraînant des complications, menaçant la fonction visuelle.Par ailleurs, les formes extra-articulaires de spondyloarthrite peuvent également se manifester par une néphropathie, une insuffisance aortique, des troubles de la conduction cardiaque, une amylose, un psoriasis (15 %) ou des entérocolopathies (5 %). Au total, cette pathologie est donc associée à une augmentation de la mortalité par complications cardiovasculaires, probablement liées à une plus grande fréquence, chez les patients atteints, de facteurs de risque qui restent sous-diagnostiqués et dont l’importance, dans ce contexte, est probablement insuffisamment reconnue (dyslipidémie, HTA, etc.).


Source : lequotidiendupharmacien.fr