Rappel épidémiologique

Publié le 05/10/2021

La spondyloarthrite se déclare habituellement entre 20 et 40 ans, mais parfois à l’adolescence ou à un âge plus tardif. Elle est plus fréquente chez l’homme (3 pour 2 femmes) mais on diagnostique de plus en plus de formes mineures chez les femmes, qui passaient inaperçues auparavant et ce ratio sera peut-être amené à être modifié.En France, environ 300 000 personnes souffrent d’une spondyloarthrite (soit 0,32 % de la population).Si les causes de la maladie restent encore inconnues, plusieurs facteurs favorisants sont connus. Ainsi, il n’est pas rare que plusieurs membres d’une même famille soient atteints : certains facteurs génétiques seraient donc prédisposants. Par exemple, 80 à 90 % des patients qui souffrent de spondyloarthrite ankylosante sont porteurs du gène HLA (Human Leucocyte Antigene) B 27, présent chez 7 à 8 % de la population caucasienne. Ce gène est connu pour perturber la réponse immunitaire et, dans la spondyloarthrite ankylosante, l’organisme produit parfois des anticorps dirigés contre certains de ses propres tissus, comme dans diverses affections auto-immunes. Cependant, on peut porter ce gène sans jamais présenter la maladie, ou inversement, avoir la maladie sans posséder ce gène.Des facteurs environnementaux seraient également en cause : le tabagisme et une modification durable du microbiote intestinal sont les deux principales hypothèses avancées.


Source : lequotidiendupharmacien.fr