Quelques définitions

Publié le 15/05/2020

L’épiderme est un épithélium de revêtement stratifié. Il n’est pas vascularisé. Il est constitué de quatre types de cellules, les principales étant les kératinocytes (ils représentent 80 % des cellules épidermiques) qui assurent la cohésion de l’épiderme et une fonction de barrière avec l’extérieur.La jonction dermoépidermique sépare l’épiderme du derme.Le derme est un tissu conjonctif d’épaisseur variable selon sa localisation. Il contient des fibres de collagène, d’élastine et de fibronectine, responsables de la souplesse et de l’élasticité de la peau, et des glycosaminoglycanes qui permettent de capter l’eau et d’hydrater la peau. Il contient également des fibroblastes et des cellules immunitaires. Il est très vascularisé et très innervé.L’hypoderme est aussi un tissu conjonctif très vascularisé et très innervé, plus ou moins adipeux. Il se situe entre le derme et les plans musculaires, tendineux ou osseux selon la localisation.Une plaie cutanée est une effraction de la peau due à un traumatisme (éraflure, écorchure, coupure, brûlure…) ou réalisée au cours d’un acte diagnostique ou thérapeutique. La gravité d’une plaie dépend de sa localisation, de son étendue, de sa profondeur. Dans l’éraflure ou l’écorchure, seul l’épiderme est touché. En profondeur, la plaie atteint ensuite le derme, puis le tissu graisseux sous-cutané et va jusqu’à provoquer des lésions des tendons, nerfs, os, articulations, gros vaisseaux… La brûlure, du fait de sa prise en charge différente, sera traitée séparément.La cicatrisation d’une plaie dépend de sa profondeur notamment : environ une semaine si l’épiderme est seul touché, au moins trois semaines si le derme est touché aussi (et plus si les berges sont plus écartées).Une brûlure du premier degré est une brûlure superficielle limitée à l’épiderme : la zone brûlée est douloureuse, sèche, rouge, chaude, parfois œdématiée.Une brûlure du second degré superficiel correspond à une atteinte du tiers supérieur du derme avec présence de cloques (phlyctènes). La peau brûlée est rosée et douloureuse.Une brûlure du second degré profond correspond à une atteinte du derme avec des cloques rompues. La peau est rouge clair à blanche, et douloureuse.Une brûlure du troisième degré est une brûlure grave qui atteint l’hypoderme (destruction complète du tissu jusqu’à la graisse). La peau est blanche et non douloureuse.


Source : lequotidiendupharmacien.fr