IVG médicamenteuses - Mieux gérer la douleur liée au traitement

IVG médicamenteusesMieux gérer la douleur liée au traitement

Christine Nicolet
| 24.11.2016

La part des IVG médicamenteuses n'a cessé d'augmenter pour atteindre 57 % des 220 000 IVG pratiqués en France en 2015. Une étude* met en lumière l’importance des symptômes liés au traitement, comme la douleur, ainsi que les besoins d'accompagnement de la patiente.

Les résultats de l'étude épidémiologique révèlent que 27 % des femmes qui ont eu recours à cet acte ont ressenti des douleurs très intenses au 3e jour de l’IVG (notées 8 et plus sur une échelle de 10). Pour faire face à ces douleurs, 83 % des patientes ont consommé des antalgiques (AINS et paracétamol) durant les cinq jours du traitement. Toutes les femmes n'évoquent pas le même ressenti. L’intensité des douleurs est corrélée à trois facteurs, explique Marie-Josèphe Saurel...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rappel lot

Risque de sous dosage avec un antibiotique pédiatrique

Quatre lots d’Amoxicilline/acide clavulanique Sandoz, enfants et nourrissons, sont rappelés, en raison d’une erreur dans la notice pouvant amener à un sous-dosage. Une incohérence sur les notices des poudres pour suspension... Commenter

Partenaires