Perte de marge, gaspillage

Carton rouge aux grands conditionnements  Abonné

Publié le 26/10/2009
Les syndicats d’officinaux tirent à boulet rouge sur les grands conditionnements. Pour eux, non seulement ils pèsent sur l’économie des officines, mais ils sont en outre source de gabegie. Selon une étude de l’USPO, le gaspillage représenterait un surcoût pour la collectivité de près de 36 millions d’euros.

Crédit photo : s. toubon

Gilles Bonnefond (USPO) et Noël Renaudin (Comité économique des médicaments) : bataille d...

Gilles Bonnefond (USPO) et Noël Renaudin (Comité économique des médicaments) : bataille d...
Crédit photo : s. toubon

Conditionnements trimestriels

Conditionnements trimestriels
Crédit photo : fspf

LES PHARMACIENS traînent des pieds pour délivrer des grands conditionnements. Faux, rétorque Philippe Besset, président de la commission Économie de l’officine de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Son organisation a en effet cherché à déterminer le champ dans lequel il était possible aux officinaux de dispenser un conditionnement de trois mois. Deux conditions semblent nécessaires : d’abord, que des emballages trimestriels soient disponibles, mais aussi que la durée de prescription soit d’au moins trois mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte