Mécanismes en cause

Publié le 07/05/2020

- Effets indésirables « secondaires » : ils sont en relation directe avec les propriétés pharmacodynamiques principales ou accessoires d’un médicament et habituellement dose-dépendants. Leur survenue, généralement prévisible, est souvent favorisée par le terrain physiopathologique du patient permettant de définir des populations à risques.- Effets indésirables toxiques : ils sont consécutifs à un surdosage. Dans certains cas, ils sont liés à une posologie quotidienne excessive, notamment en ce qui concerne les médicaments à marge thérapeutique étroite (anticoagulants, anticonvulsivants, digitaliques, hypoglycémiants, lithium…). La dose totale cumulée peut être aussi en cause (antipaludéens…).- Effets indésirables immunoallergiques : ils sont liés à un mécanisme d’hypersensibilité. Leur conséquence est l’interdiction de l’emploi ultérieur du produit en cause, ainsi que de toutes autres molécules chimiquement apparentées, pouvant d’ailleurs faire partie de classes très différentes (ex : réaction allergique au célécoxib – un inhibiteur spécifique de la Cox 2 - contenant un radical sulfamidé, chez un sujet ayant présenté un antécédent allergique aux sulfamides). L’intolérance, quant à elle, se traduit par une réaction nocive au médicament pris aux doses usuelles, en raison du terrain particulier du sujet. La distinction entre ces deux variétés d’effets indésirables peut être difficile en pratique.- Effets indésirables par interactions médicamenteuses : il peut s’agir d’interactions de nature pharmacocinétique (pouvant intervenir au niveau de l’absorption, du transport, du métabolisme ou de l’élimination), ou pharmacodynamique (ex : potentialisation de ta toxicité rénale d’un anti-inflammatoire non stéroïdien en cas de prise conjointe d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion).- Effets indésirables par sevrage médicamenteux : il peut s’agir, par exemple, de la survenue d’une crise comitiale à l’arrêt du traitement, d’une crise hypertensive ou encore de la décompensation d’un diabète lors de la suspension de la thérapeutique antihypertensive ou antidiabétique.


Source : lequotidiendupharmacien.fr