Tendances & marchés - Compression médicale : un marché à fort potentiel

Tendances & marchésCompression médicale : un marché à fort potentiel

Anne-Sophie Pichard
| 15.02.2018

Les dispositifs de compression souffrent toujours d'une image vieillotte malgré les innovations dont ils font l'objet en matière de style, de confort et de tenue. Traitements de référence en matière d'insuffisance veineuse, les bas, collants et chaussettes de compression ne voient pas leurs ventes décoller. En cause, principalement un manque de reconnaissance des symptômes, de prise en charge et d'observance du traitement. Information du patient, éducation et communication sont les leviers d'un marché dont l'officine a les clefs.

En France, 20 millions de personnes déclarent souffrir des jambes, et près de 10 millions de patients seraient susceptibles de porter un dispositif de compression médicale. Plus féminine (une femme sur deux) que masculine (un homme sur quatre), cette population, au global très importante, n'est guère portée à la consultation médicale puisque l'on estime à 30 % seulement le nombre de patients traités pour une maladie veineuse.

...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires