Les questions à l’officine

Publié le 16/06/2020

Mon médecin m’a dit qu’il faudrait que je prenne des médicaments pour mon ostéoporose mais je n’ai pourtant aucune fracture. Est-ce donc bien utile ?Absolument, car l’objectif du traitement préventif est justement de réduire le risque de première fracture dans les 5 à 10 ans qui suivent. Or, le fait d’attendre la survenue d’une première fracture induit d’évidents désagréments, notamment en termes de douleurs, pouvant en outre devenir chroniques. À un âge avancé, certaines fractures ostéoporotiques peuvent être cause de décès.À ce sujet, votre médecin vous a-t-il calculé le score FRAX ? Sinon, vous pourriez lui en parler lors d’une prochaine consultation.J’ai lu que les hommes peuvent aussi souffrir d’ostéoporose. Est-ce exact ?C’est exact. L’ostéoporose masculine est d’ailleurs beaucoup plus fréquente qu’on le pense généralement. En effet, elle touche environ 15 % des hommes de plus de 50 ans, 25 % des fractures ostéoporotiques surviennent chez l’homme et elles sont souvent plus graves que chez les femmes : un tiers des hommes décède dans l’année qui suit une fracture de l’extrémité supérieure du fémur. Mais, à l’inverse de ce qui est observé dans le sexe féminin, il s’agit très majoritairement d’ostéoporoses secondaires. Les principales causes sont représentées par une corticothérapie générale prolongée, un éthylisme et le tabagisme.Je suis ménopausée depuis 2 ans maintenant. Ai-je droit à une mesure de la densité osseuse ?Tout dépend de votre cas personnel, car cet examen n’est pas remboursé actuellement pour toutes les femmes ménopausées.En pratique, pour ce qui est d’un premier examen, dénommé densité minérale osseuse (en abrégé DMO), c’est seulement possible après une première fracture ostéoporotique, quand on a diagnostiqué une autre pathologie prédisposante, ou encore si on a reçu certains médicaments potentiellement inducteurs d’une ostéoporose, voire bien sûr si on les prend encore.Ce n’est pas tout ; la DMO est également remboursée si la ménopause est survenue avant 40 ans, si la femme a des antécédents de fracture du col fémoral d’origine probablement ostéoporotique (autrement dit sans traumatisme majeur) chez sa mère ou son père, ou, enfin, si son indice de masse corporelle est inférieur à 19 kg/m².


Source : lequotidiendupharmacien.fr