La télémédecine, un chantier de longue haleine pour la pharmacie

La télémédecine, un chantier de longue haleine pour la pharmacie

Hakim Remili
| 22.06.2017

Des offres intéressantes commencent à arriver pour les officines. La télémédecine représente une occasion unique pour les pharmaciens de jouer un rôle clé dans le parcours de soins des patients, et notamment dans les régions frappées par la désertification médicale. Au lieu de parcourir des dizaines de kilomètres pour consulter un médecin, les patients peuvent désormais aller chez leur pharmacien pour une téléconsultation à distance. Les modèles de télémédecine les impliquant commencent à fleurir, souvent différents, de par leur histoire et les contraintes financières qui les ont vus naître.

  • Cabine de téléconsultation connectée " Consult Station ® H4D "
  • tab

Une expérimentation de télémédecine menée en mars dernier dans une pharmacie mutualiste à Roanne a recueilli l’attention de plusieurs médias. Elle a consisté en l’installation d’une cabine high-tech, Consult Station, créée par la société H4D, qui permettait aux patients de prendre des mesures grâce à différents instruments et d’avoir le cas échéant une téléconsultation. Objectif : voir comment il est possible de soulager les médecins dans une région confrontée à la désertification...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires