Rappel épidémiologique  Abonné

Par
Publié le 06/10/2014

Bien que bénigne et fréquente, la rosacée mérite d’être (re)connue. Les lésions récidivantes qu’elle occasionne sur le visage sont en effet parfois stigmatisantes : leur caractère inesthétique entraîne un sentiment de honte, de l’anxiété voire un certain isolement social - d’autant qu’elles sont volontiers, mais à tort, associées à l’alcoolisme dans l’imaginaire populaire -. De plus, ce point reste méconnu, la rosacée peut affecter également l’œil et induire des lésions ophtalmologiques parfois handicapantes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte