Mécanismes d’action  Abonné

Par
Publié le 24/05/2018

La cible thérapeutique étant exclusivement la cellule infectée (en effet, les particules virales ne disposent d’aucun organite, système de synthèse macromoléculaire ou source d’énergie permettant leur multiplication autonome), la chimiothérapie antivirale s’apparente à la chimiothérapie anticancéreuse et se distingue nettement de l’antibiothérapie où la cible spécifique, même intracellulaire, est un micro-organisme procaryote.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte