Médecine tropicale

Le chikungunya, invité surprise de la Côte d’Azur  Abonné

Publié le 27/06/2011
Deux experts des arboviroses nous expliquent les mécanismes à l’origine d’une extension de certaines arboviroses, telle le chikungunya, sur le continent européen en général et à la France en particulier. Ainsi que les enjeux de la lutte antivectorielle et du maintien à un haut degré d’efficacité du système d’alerte et d’action mis en place dans notre pays.

AINSI QUE L’EXPLIQUE le Professeur Hugues Tolou*, « si Aedes ægypti, originaire d’Afrique, qui est le vecteur historique, et le plus efficace, du chikungunya, ainsi d’ailleurs que de la dengue et de la fièvre jaune, est un moustique ayant entièrement colonisé les zones tropicales mais qui n’a pas la capacité de prendre pied dans les régions tempérées, il n’en est pas de même d’Aedes albopictus ou moustique tigre auquel certains arbovirus se sont adaptés grâce à de récentes mutations ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte