Orange ou poulet… pour s'entraîner  Abonné

Par
Publié le 30/10/2017

Avant leur première vaccination, beaucoup de pharmaciens ont avoué un petit stress, pas toujours gommé par des formations assez hétérogènes. « Je n’ai piqué qu’une seule fois, dans une orange », regrette cette titulaire du Lot-et-Garonne. D’autres ont eu droit à des cuisses de poulets, un bras en mousse synthétique simple, électronique (mesurant la pénétration de l’aiguille) ou « américain, car il avait une couche de graisse plus épaisse que les nôtres », rapporte cette pharmacienne de La Rochelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte