Chambre de discipline

Une affaire ordinale pas ordinaire  Abonné

Par
Publié le 22/05/2014
Jusqu’à quel point un pharmacien est-il redevable professionnellement des fautes commises dans sa vie privée ? Telle était la question centrale abordée lors de cette chambre disciplinaire qui jugeait lundi en appel un pharmacien adjoint, déjà condamné pénalement pour des faits d’exhibitionnisme sexuel avec récidive.
Sphère privée, vie professionnelle : une frontière qui pose question

Sphère privée, vie professionnelle : une frontière qui pose question
Crédit photo : S TOUBON

LE PHARMACIEN qui se présente ce lundi devant ses pairs de la chambre de discipline du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens n’est pas fier. Petit, la calvitie naissante, dents serrées et regard bas, il semble attendre que les coups pleuvent sur ses épaules. Et des coups, ses épaules en ont déjà reçu. Car cet homme-là a fait de la prison. Le bracelet électronique qu’il porte à la cheville témoigne d’une surveillance judiciaire encore active. Sa comparution en appel devant le Conseil national de l’Ordre devrait être le terme d’une procédure longue déjà de plus de 3 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte