Un entretien avec le président de l’UTIP

« Méthodes et financements manquent encore au DPC »  Abonné

Publié le 29/10/2012
Dans deux mois à peine le Développement Professionnel Continu (DPC) devrait prendre le relais de la Formation Conventionnelle Continue (FCC). Mais, à l’approche de cette échéance, le flou persiste encore sur les méthodes de mise en œuvre et le financement du dispositif, explique au « Quotidien » le président de l’UTIP, Thierry Barthelmé.
Thierry Barthelmé : la balle est dans le camp de la HAS

Thierry Barthelmé : la balle est dans le camp de la HAS
Crédit photo : S. TOUBON

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Le DPC devrait remplacer la FCC le 1er janvier prochain. Que manque-t-il encore au dispositif pour qu’il prenne son envol ?

THIERRY BARTHELMÉ.- À la date d’aujourd’hui, le DPC attend toujours que la Haute Autorité de santé (HAS) en précise les méthodes et les programmes. Il convient pour la HAS de définir ces modalités par rapport à l’ensemble des professionnels assujettis au DPC.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte