Première année commune aux études de santé

Les étudiants en pharmacie, « grands perdants de la réforme »  Abonné

Publié le 16/06/2011
Un an après la mise en place de la réforme de la première année commune aux études de santé (PACES), les cinq associations d’étudiants en santé détaillent ses « ratés » et réclament des améliorations. De leur côté, les doyens ont conscience des insuffisances de la réforme et travaillent à une refonte pour la rentrée prochaine.
Un bilan plutôt négatif au terme de la première année de la réforme

Un bilan plutôt négatif au terme de la première année de la réforme
Crédit photo : S TOUBON

« IL RESTE encore beaucoup d’efforts à faire. » C’est le constat que dressent les étudiants en santé sur la réforme de leur première année. Grâce à une enquête menée dans les 38 universités concernées, la fédération des associations générales étudiantes (FAGE) a mis en lumière « un certain nombre de dysfonctionnements » : programmes surchargés au premier semestre, réduction, voire suppression d’enseignements dirigés, sureffectifs des groupes de travaux dirigés (jusqu’à 200 étudiants), absence de passerelles de réorientation, etc.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte