Commission Attali

Les étudiants défendent le numerus clausus  Abonné

Publié le 28/10/2010

L’ANEPF (Association nationale des étudiants en pharmacie de France) conteste la proposition de la commission Attali qui vise à supprimer le numerus clausus des études de pharmacie et de médecine (voir « le Quotidien » du 18 octobre). Pour les futurs diplômés, la sélection au terme de la première année (désormais commune aux étudiants en pharmacie, médecine, dentaire et sage-femme) assure la qualité de la formation des étudiants, et donc de la prise en charge des patients. Instauré en 1971, le numerus clausus est un des garants du maillage territorial des pharmacies, souligne l’ANEPF.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte