Première année d’étude

Les critiques de l’Académie  Abonné

Publié le 24/09/2012

Crédit photo : S. toubon

L’ACADÉMIE nationale de Pharmacie dresse un bilan sévère de la première année commune aux études de santé, alias PACES. Depuis la mise en place de la PACES en septembre 2010, l’Académie note ainsi la survenue de résultats hétérogènes d’une université à l’autre et l’apparition d’un certain nombre de dysfonctionnements. Pour l’instance, c’est clair, « la poursuite de la PACES en l’état est destructrice sur le plan pédagogique et ne répond pas à ses objectifs ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte