Dans quelles situations cliniques ?

Publié le 04/09/2020

Les médicaments à visée cardiovasculaire concernent prioritairement l’hypertension artérielle, l’athérosclérose, l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque, les troubles du rythme, les troubles de la coagulation, l’insuffisance veineuse des membres inférieurs et l’artérite.Focus sur les anticoagulants oraux : les indications des anticoagulants directs (AOD) remplacent progressivement celles des antivitamines K* (AVK). Ceux-ci se limitent quasiment à la warfarine, l’Agence nationale du médicament ayant en 2019, émis la recommandation de ne plus instituer de traitement avec la fluindione. Les données cliniques récentes et de pharmacovigilance ont montré une dégradation plus rapide de la fonction rénale avec les AVK par rapport aux AOD, et, parmi les AVK, une incidence plus élevée des événements immuno-allergiques en début de traitement (en particulier rénaux cutanés et hépatiques) ainsi qu’une décroissance de la clairance rénale traduisant une réduction néphrotique au cours du vieillissement plus rapide avec la fluindione qu’avec la warfarine. Trois indications majeures sont actuellement réservées à la warfarine : les patients valvulaires ayant des valvulopathies rhumatismales, ceux porteurs d’une prothèse valvulaire mécanique et les patients souffrant d’une forme sévère d’un syndrome des antiphospholipides**. Les AOD sont maintenant majoritairement utilisés dans la fibrillation atriale non valvulaire, pathologie thrombo-embolique veineuse – y compris l’embolie pulmonaire, notamment en prévention dans la chirurgie du genou ou de la hanche). En effet, pour une efficacité au moins égale à celle des AVK, ils exposent à un risque hémorragique moindre, en particulier pour ce qui concerne les hémorragies intracrâniennes.Focus sur les héparines : elles sont utilisées (à dose prophylactique) pour la prévention des accidents thromboemboliques en cas de situation à risque et dans celle des récidives à dose curative). Les héparines (non fractionnées et de bas poids moléculaire) sont utilisables à tous les stades de la grossesse (qui augmente fortement le risque de thrombose veineuse). En cas d’allergie ou de thrombopénie induite par l’héparine, il est possible de recourir au danaparoïde – Orgaran.


Source : lequotidiendupharmacien.fr