Ils ont dit  Abonné

Publié le 25/10/2010

Emmanuel Déchin (CSRP) : « La tendance est à un durcissement de la trésorerie des officines et donc à une augmentation des incidents de paiement : des factures ne sont pas réglées le jour où elles devraient l’être et les montants concernés ont augmenté. »

Gilles Bonnefond (USPO) : « Certains pharmaciens doivent faire 50 actes pour avoir le même revenu que celui qui n’en fera qu’un avec un médicament sorti de la réserve hospitalière ; il faut le prendre en considération. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte