Vaccins et jurisprudence européenne - Juger sans preuve scientifique, c’est possible

Vaccins et jurisprudence européenneJuger sans preuve scientifique, c’est possible

Mélanie Maziere
| 03.07.2017

Un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 21 juin bouleverse les repères juridiques habituels. En l’absence de consensus scientifique, un faisceau d’indices graves, précis et concordants peut suffire à satisfaire la charge de la preuve d’une personne se disant victime d’un vaccin défectueux ou qui serait suivi par la survenance d’une maladie. Les fabricants de vaccins ont du souci à se faire.

  • seringue

L’affaire remonte à la fin des années 1990. M. J. W. se fait administrer un vaccin contre l’hépatite B produit par Sanofi Pasteur. En août 1999, il présente divers troubles qui conduisent au diagnostic de sclérose en plaques en novembre 2000, dont il décède en 2011. En 2006, sa famille et lui lancent une action en justice contre le laboratoire, persuadés que le vaccin est la cause de la maladie. À l’époque, la Cour d’appel de Paris a rejeté le recours, considérant qu’il n’y...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ameli

Déclaration des ROSP : le délai est prolongé

Les pharmaciens retardataires ont jusqu’au 29 mars - au lieu du 18 mars - pour déclarer les nouvelles ROSP. La saisie sur « Amelipro » des nouvelles ROSP des pharmaciens est prolongée jusqu’au 29 mars 2019 à la place du 18 mars... Commenter

Partenaires