Un entretien avec Marie-Pierre Bareille du MEDES - « Simuler l'impesanteur pour en contrer les effets »

Un entretien avec Marie-Pierre Bareille du MEDES« Simuler l'impesanteur pour en contrer les effets »

Didier Doukhan
| 29.05.2017

Pour les volontaires de l'étude menée par Marie-Pierre Bareille du MEDES*, l'espace se résume à un lit. La responsable de l'étude « Cocktail », explique au « Quotidien » comment l'administration d'un cocktail nutritionnel à des personnes contraintes à un alitement prolongé peut contrer les effets négatifs physiologiques d'une impesanteur artificielle.

  • lit

Le Quotidien du Pharmacien.- Quels sont les principaux effets sur l'homme de longs séjours en impesanteur ?

Marie-Pierre Bareille.- L'adaptation de l'organisme à l'impesanteur touche de nombreux systèmes physiologiques. Au retour sur Terre, cette adaptation se traduit par tous les effets négatifs de l'impesanteur sur l'organisme. Les astronautes se déconditionnent, notamment sur le plan cardiovasculaire, ce qui entraîne par exemple une hypotension orthostatique...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires