Cholestérol héréditaire : le dépistage éviterait 600 infarctus par an

Cholestérol héréditaire : le dépistage éviterait 600 infarctus par an

Mélanie Maziere
| 27.10.2016
  • Cholestérol

Un dépistage du cholestérol héréditaire enfant-parent à grande échelle est la seule méthode permettant d'identifier ceux ayant le risque le plus élevé d'avoir une attaque cardiaque prématurée. Il permettrait d'éviter 600 infarctus par an en Angleterre et au pays de Galles.

C'est en tout cas le principal résultat d'une vaste étude conduite par l'Institut Wolson de médecine préventive à l'université Queen Mary, à Londres, publiée dans la revue américaine « New England...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 1 Commentaire
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 27.10.2016 à 20h22

C'est peut-être aussi l'occasion de faire de la prévention en terme de surpoids/obésité (si l'on regarde les courbes de poids de l'Irlande, on peut s'inquiéter à juste titre pour le Royaume Uni...)

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires