Biosimilaires - Le débat sur la substitution rebondit

BiosimilairesLe débat sur la substitution rebondit

Mélanie Maziere
| 14.10.2019

Alors que le PLFSS 2020 supprime le droit de substitution des officinaux et fait du médecin le seul levier du développement des biosimilaires, les syndicats et groupements rappellent que le pharmacien est l’expert du médicament. Une revendication écartée par une quinzaine d’associations de patients qui refusent la substitution biosimilaire. À l’exception de la Fédération française des diabétiques.

  • Biosomilaires

Le droit de substitution biosimilaire est remis en cause par l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020. Le texte prévoit d’abroger les articles qui instituent et encadrent cette substitution par le pharmacien, articles eux-mêmes issus de la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2014. Certes, leur rédaction - et l’absence d’un décret d’application attendu pendant plus de cinq ans - n’a pas permis la mise en œuvre de la substitution...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
retraite

À la Une À quel âge partirez-vous à la retraite ? Abonné

L'issue des débats sur la retraite qui se prolongent à l'Assemblée nationale reste encore incertaine pour les pharmaciens. La profession n'a toutefois pas attendu la réforme en cours pour constater que la retraite n'était plus nécessairement synonyme de « Jackpot » pour le pharmacien. Face à cette échéance, les stratégies diffèrent. Commenter

Partenaires