Polymédication : la déprescription difficile

Polymédication : la déprescription difficile

Charlotte Demarti
| 26.10.2017
  • prescription

Chez les patients polymédiqués, seulement 35 % des médecins déprescrivent souvent des médicaments, selon une étude de la Drees.

 

 

 

Alors que 30 à 40 % des personnes âgées de 75 ans et plus prennent au moins 10...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 8 Commentaires
 
CATHERINE D Autre Professionnel Santé 28.10.2017 à 10h47

...rep à Dr Gnon pharmacien:
Mais Siiiiii il y a TOUJOURS une "éducation"DE FAIT, qqchose est transmis à NOS petits, sauf que qd les "momans" l'assurent moins ou plus du tout, alors qu'elles le fo Lire la suite

Répondre
 
Dr Gnon Pharmacien 28.10.2017 à 11h51

On peut changer ça . Certains n'ont pas de parents ( pas du tout ou pas en capacité d'éduquer en tout ) c'est pour ça que l'école doit profiter de la présence des enfants pour éduquer un minimum EN Lire la suite

Répondre
 
CATHERINE D Autre Professionnel Santé 28.10.2017 à 10h05

...rep à Dr Gnon : il y a TOUJOURS une "éducation" sauf que qd les "momans" l'assurent moins ou plus du tout, alirs qu'elles le font GRATOS depuis des millénaires, juste parce qu’enfin elles travail Lire la suite

Répondre
 
Vincent J Pharmacien 27.10.2017 à 09h52

Si les pharmaciens français étaient aussi bien formés (voir même formés tout court vu le niveau de nos facs) que nos confrères canadiens, ils pourraient avoir les même devoirs et responsabilité : Lire la suite

Répondre
 
Sylvie P Pharmacien 27.10.2017 à 11h46

mais les bilans de médication sont déjà une première étape dans la reconnaissance de la pharmacie clinique et de notre implication avec les médecins sur le sujet

Répondre
 
CATHERINE D Autre Professionnel Santé 27.10.2017 à 01h21

...avec 40 ans de retard et de solides habitudes de parts et d'autres... tant de profits issus de ces megaprescriptions auxquelles on nous incitait énergiquement en permanence ... et pan, pan ...cpam Lire la suite

Répondre
 
Dr Gnon Pharmacien 27.10.2017 à 16h02

Raté l'éducation non , on n'en a ... pas fait . Une ( grosse ? ) partie des profs veut pas entendre parler de ça . Une partie des parents ( ils comprennent quoi à l'éducation , pas grand-chose ? ) Lire la suite

Répondre
 
Bastien M Pharmacien 26.10.2017 à 17h19

LoL

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires