Médecine pratique - Le syndrome de Raynaud

Médecine pratiqueLe syndrome de Raynaud

Pr Philippe Humbert
| 19.04.2018

Le syndrome ou phénomène de Raynaud appartient au grand cadre des acrosyndromes vasculaires. Sur le plan épidémiologique il serait observé chez environ 5 % de la population. Il peut être défini comme un acrosyndrome paroxystique fréquent déclenché par le froid. Cette notion de froid n’est pas exclusive, certains phénomènes de Raynaud pouvant être déclenchés par les émotions. Par localisation acrale, on entend les doigts, les orteils, mais aussi le nez, les oreilles, les lèvres voire la langue, les seins et la verge.

  • syndrome de Raynaud

Déroulement de la crise du phénomène de Raynaud

Phase syncopale : consiste en une vasoconstriction des artérioles digitales brutale, parfois précédée de paresthésies, elle est caractérisée par un aspect exsangue du territoire impliqué. Elle peut durer de quelques minutes à un quart d’heure et s’accompagne de douleurs plus ou moins vives annonçant la phase d’asphyxie.

Phase d’asphyxie : correspond à une couleur cyanique des téguments avec paresthésies et douleurs...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires