L’assurance-maladie s’attaque aux idées reçues - Lombalgie commune : maintenir l’activité physique

L’assurance-maladie s’attaque aux idées reçuesLombalgie commune : maintenir l’activité physique

Fabienne Rigal
| 27.11.2017

L’assurance-maladie lance ce vendredi 17 novembre une campagne d’information sur la lombalgie. Objectifs ? Éviter la chronicisation, et favoriser le maintien de l’activité physique, y compris professionnelle – ce qui va à l’encontre de l’idée reçue selon laquelle le repos est la priorité en cas de mal de dos.

  • lombalgies

D’après une étude de l’institut BVA, 81 % des Français déclarent avoir déjà eu une lombalgie. Et ils sont 68 % à estimer que le repos constitue le meilleur remède contre la lombalgie. Une idée fausse que la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) s’apprête à combattre avec une campagne à destination du grand public : spot télévisé, affichage dans les transports de proximité, diffusion de contenus internet, et appli gratuite (Activ’dos).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires