Mieux cerner les arrêts  Abonné

Publié le 27/11/2017

D’après l’étude BVA, 86 % des médecins généralistes disent ne pas être d’accord avec l’idée que « lorsqu’on a une lombalgie on ne peut pas travailler », mais presque tous (99 %) déclarent avoir prescrit des arrêts de travail pendant l’année pour des lombalgies. Une attitude qui n’est peut-être pas tellement accordée à ce qu’attendent en fait les patients. Ces derniers souhaitent d’abord la prescription d’analgésiques pour soulager la douleur, un diagnostic précis, et des explications sur les causes de la douleur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte