La France en retard par rapport à ses voisins européens - Méningites : la couverture vaccinale est insuffisante

La France en retard par rapport à ses voisins européensMéningites : la couverture vaccinale est insuffisante

13.04.2015

L’épidémiologie des infections invasives à méningocoques (IIM) varie dans le monde selon les périodes et les zones géographiques. En France, malgré l’évolution des recommandations vaccinales, force est de constater que l’épidémiologie ne baisse pas et que la couverture vaccinale reste insuffisante, non seulement pour la vaccination contre la méningite C mais également pour les patients à risque contre les cinq sérogroupes.

  • Les taux de couverture restent trop faibles pour obtenir une immunité de groupe

LES IIM sont particulièrement graves avec un risque de décès de l’ordre de 10 %, des séquelles cérébrales et/ou auditives ou des amputations chez près d’un survivant sur cinq. Elles sont sous surveillance et doivent être déclarées à l’agence régionale de santé. On peut donc suivre de façon précise leur nombre, l’âge des patients concernés, leur lieu de résidence et l’évolution de leur infection. « Les sérogroupes A, B, C, W et Y sont responsables de l’essentiel des IIM, rappelle le Dr...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires