Autosurveillance et autocontrôle glycémiques - Un nouvel outil pour faciliter le calcul de l’insuline liée au repas

Autosurveillance et autocontrôle glycémiquesUn nouvel outil pour faciliter le calcul de l’insuline liée au repas

16.06.2011

Pour les patients insulinodépendants, la gestion du diabète peut impliquer des calculs difficiles pour déterminer la dose d’insuline rapide à injecter au moment d’un repas. L’administration d’une dose inappropriée peut entraîner des complications graves. Abbott propose un nouveau lecteur qui aide à mieux évaluer les injections au quotidien.

LA GESTION de l’insulinothérapie impose au patient, d’une part une autosurveillance glycémique (ASG) pluriquotidienne qui consiste à faire plusieurs mesures de la glycémie, et, d’autre part, un autocontrôle qui l’amène à adapter les doses d’insuline et à prendre lui-même des décisions thérapeutiques. En effet, si la mise en route du traitement est bien codifiée avec la titration de l’insuline basale au réveil, il se produit, au moment des repas, des excursions glycémiques (hyperglycémie...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
chute cheveux

Risques du finastéride 1 mg : une fiche à remettre aux patients

Les pharmaciens devront remettre une fiche d'information lors de la délivrance de finastéride 1 mg pour la chute des cheveux afin d’avertir les patients sur les effets secondaires, notamment sexuels et psychiques, de ce... 3

Partenaires