Mention NS

Les prescriptions sous surveillance  Abonné

Publié le 03/04/2014

LES MÉDECINS ont parfaitement le droit de porter sur leur prescription la mention « non substituable » (NS). Mais cette utilisation doit se faire avec « tact et mesure », a rappelé Frédéric van Roekeghem à Pharmagora. Le directeur général de l’Union nationale des caisses d’assurance-maladie (UNCAM) entend lancer des contrôles, pouvant éventuellement aboutir à des sanctions financières. Une perspective qui n’enchante guère la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) qui parle de « pénalisation de la mention non substituable ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte