Conseil officinal

Les antitussifs à l’épreuve du comptoir  Abonné

Par
Publié le 14/12/2015
« Je n’ai pas dormi de la nuit avec cette toux, la journée va être difficile… ». L’hiver arrive avec ses plaintes et celle-ci n’est pas des plus rares à l’officine. Les antitussifs ont été l’objet de nombreuses attentions ces dernières années : restrictions d’âge, risques de dépendances, associations injustifiées. Récemment encore, « 60 millions de consommateurs » les a « triés ». Rappel sur ces divers antitussifs et comment les conseiller.

Les antitussifs centraux

Les antitussifs centraux agissent par une dépression des centres médullaires. La codéine (CodéDrill, Pulmosérum, Eucalyptine Le brun…) et la codéthyline ou éthylmorphine (Clarix, Sirop Peter’s…) sont des antitussifs opioïdes qui sont des agonistes des récepteurs opioïdes. Leurs principaux effets indésirables sont la constipation, la somnolence, les nausées, les sensations de vertiges, plus rarement les vomissements, les réactions cutanées et la dépression respiratoire (codéine principalement).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte