Le défi des changements de mode de vie  Abonné

Publié le 23/02/2009

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il a fallu beaucoup de temps pour avoir la certitude qu’il est possible de réduire de manière très significative les risques de maladies cardiovasculaires et de cancers. Par exemple, en ayant une meilleure « hygiène de vie », en ne fumant pas (les premières études établissant une relation causale et quantitative entre tabac et cancer bronchique remontent au début des années cinquante), buvant peu, mangeant équilibré (notamment en ce qui concerne les fruits et légumes) et en ayant une activité physique suffisante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte