Affaire Dépakine

Sanofi n'a pas provisionné ses comptes  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 03/11/2016

Le groupe français Sanofi est convaincu d'avoir toujours engagé les démarches nécessaires en fonction « de l'évolution des connaissances scientifiques » sur le valproate de sodium et considère ainsi avoir rempli ses missions et obligations « sous le contrôle des autorités de santé ». En conséquence, il n'a pas provisionné ses comptes pour faire face à l'affaire Dépakine. Le directeur médical France, Pascal Michon, rappelle que les troubles neurodéveloppementaux identifiés aujourd'hui, « ne l'étaient pas dans les années 1990 ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte