Les traitements

Publié le 15/09/2020

Une disparition des signes cliniques (dont la fièvre si elle était initialement présente) en 72 heures signe l’efficacité du traitement. Leur persistance après ce délai doit conduire à réévaluer la situation afin d’adapter la thérapeutique.Cystite aiguë simple- Traitement probabiliste : En 1re intention : Fosfomycine trométamol (Monuril, Uridoz…), 3 g en dose unique.En 2e intention : Pivmécillinam (Séléxid), 400 mg 2 fois par jour pendant 5 jours.Un ECBU n’est pas indiqué, sauf en cas d’évolution défavorable : persistance des signes cliniques après 3 jours ou de récidive précoce dans les 2 semaines.- Traitement guidé par l’antibiogramme :En cas de risque de complications (au moins un facteur de risque) ou de complication avérée :En fonction des résultats de l’antibiogramme : en 1re intention, amoxicilline (1 g 3 fois par jour pendant 7 jours) ; en 2e, pivmécillinam (400 mg 2 fois par jour pendant 7 jours) et en 3e, nitrofurantoïne-Faradantine (100 mg 3 fois par jour pendant 7 jours. Risque d’effets indésirables, pulmonaires ou hépatiques, rares mais graves au-delà de 10 jours. Médicament contre-indiqué en cas d’insuffisance rénale avec une clairance de la créatinine inférieure à 40 ml/min).Si le traitement ne peut pas être différé (symptomatologie intense, terrain particulier) et en attendant les résultats de l’antibiogramme : nitrofurantoïne (même posologie que ci-dessus), céfixime – Oroken (200 mg 2 fois par jour pendant 7 jours) ou une fluroquinolone (ciprofloxacine – Ciflox, 500 mg 2 fois par jour ; ofloxacine – Oflocet 200 mg 2 fois par jour, pendant 5 jours).À savoir : dans ce cas, les traitements en dose unique ou courts (3 jours) ne sont pas recommandés.Cystite récidivanteUne antibioprophylaxie doit être envisagée au cas par cas et faire l’objet d’une réévaluation périodique :Infections urinaires survenant après des rapports sexuels : prise unique avant le rapport ou jusqu’à 2 heures après.Infections urinaires très fréquentes et/ou invalidantes : possibilité d’une antibioprophylaxie continue durant au moins 6 mois.Infections urinaires peu fréquentes ou peu invalidantes : pas de prophylaxie (mais certaines patientes peuvent bénéficier d’un traitement prescrit et auto-administré).Exemples de produits utilisables : nitrofurantoïne (50 mg, une fois par jour, le soir), cotrimoxazole (1 cp par jour du dosage faible - 400 mg/80 mg - ou 1/2 cp du dosage fort - 800 mg/160 mg).Les fluoroquinolones et les bêtalactamines sont déconseillées en traitement prophylactique du fait d’un risque de résistance.Enfin, on peut recommander des prises plus ou moins régulières de canneberge (cranberry) ou d’extraits, dont les proanthocyanidines diminueraient la fixation la fixation de certaines bactéries au niveau des parois des voies urinaires (le D-mannose produirait le même effet), par cures plus ou moins régulières de 20 jours à 2 mois. On peut recourir à un jus de fruit pur (par exemple, 125 à 250 ml deux fois par jour), ou à des extraits conditionnés en sachets, gélules, comprimés… UrétriteL’antibiothérapie sera guidée par les résultats de l’ECBU.Gonocoque : traitements minute (ceftriaxone : 1 g en intra-musculaire, ou autres traitements, pendant au moins 5 jours (doxycycline : 200 mg par jour, fluoroquinolone, ceftriaxone).En raison de la fréquence des infections conjointes à Chlamydiae, il est recommandé d’associer systématiquement un traitement dirigé contre ce germe (azithromycine – Azadose ou Zithromax, 1 g en prise unique, ou doxycycline, 200 mg par jour pendant 7 jours).Chlamydiae : doxycycline (200 mg par jour), érythromycine (2 g par jour), minocycline (200 mg par jour), ofloxacine (400 mg par jour). Traitement de 21 jours.ProstatiteLe traitement doit être commencé immédiatement, en attendant les résultats de l’antibiogramme : céphalosporine de 3e génération (ceftriaxone-Rocéphine), fluoroquinolone (ciprofloxacine, lévofloxacine, ofloxacine) + gentamicine-Gentalline, nétilmicine-Nétromycine ou tobramycine-Nebcine ou Tobrex dans les formes sévères à la phase initiale du traitement.La durée de traitement varie entre 14 et 21 jours, voire plus.Pyélonéphrite aiguë simple- Traitement probabiliste :Céphalosporine de 3èe génération (ceftriaxone), fluoroquinolone (ciprofloxacine, lévofloxacine, ofloxacine).- Traitement guidé par l’antibiogramme :Amoxicilline, amoxicilline + acide clavulanique, céfixime, fluoroquinolone, cotrimoxazole.La durée totale du traitement recommandée est de 10 à 14 jours, sauf pour les fluoroquinolones (7 jours).Une évolution défavorable après 3 jours (par exemple persistance de la fièvre) doit conduire à réévaluer le traitement.


Source : lequotidiendupharmacien.fr