Les questions à l’officine

Publié le 15/09/2020

Est-il vrai que les diabétiques sont plus exposés aux infections urinaires ?C’est exact. Cela dans les deux sexes. Si la présence de sucre dans les urines peut expliquer en partie cette susceptibilité particulière, d’autres facteurs pourraient intervenir. Parmi ceux-ci, on peut citer une dépression de l’immunité (notamment de l’activité de certains leucocytes) et une capacité des cellules uro-épithéliales des diabétiques à fixer plus facilement certaines bactéries. On peut y ajouter un dysfonctionnement neurovésical (les neuropathies font partie des complications classiques du diabète) à l’origine d’une vidange incomplète de la vessie, propice au développement d’infections.Je viens d’être ménopausée. Ai-je davantage de risque de souffrir de cystite ?En effet, la fréquence des cystites augmente après la ménopause.Chez la femme sans facteur de risque, cela est expliqué par une diminution, voire une disparition, de la flore vaginale saprophyte, une augmentation du pH vaginal et une atrophie de l’épithélium vaginal. Trois phénomènes liés à la baisse des sécrétions hormonales. D’ailleurs, l’administration vaginale d’estrogènes diminue le risque de cystite. Il en est de même des cystites récidivantes.Je suis enceinte et j’ai peur de faire une cystite. Ai-je raison ?Il est vrai que la cystite est très fréquente au cours de la grossesse.Plusieurs causes sont avancées : une compression des uretères par l’utérus, un reflux vésico-urétéral, un taux élevé de progestérone diminuant le tonus de la vessie (et donc sa capacité à se vider complètement), une augmentation de la capacité vésicale, une baisse de l’activité bactéricide et une hausse du pH urinaire. Un éventuel diabète gestationnel représente un facteur de risque supplémentaire.Il convient d’être particulièrement vigilant en raison du risque de pyélonéphrite, estimé à 20 – 40 % et de possibles complications obstétricales : retard de croissance du fœtus, accouchement prématuré.Rappelons qu’il est recommandé que toute femme enceinte bénéficie d’un dépistage systématique d’une éventuelle « bactériurie asymptomatique », par bandelette, une fois par mois à partir du 4e mois.


Source : lequotidiendupharmacien.fr