Les produits conseils

Publié le 30/06/2022

Les brûlures du 1er et du 2nd degré superficiel peuvent être prises en charge à l’officine à condition qu’elles ne présentent pas de facteurs de gravité.Les antiseptiquesAprès avoir refroidi la brûlure et l’avoir rincée au sérum physiologique ou à l’eau savonneuse, la désinfection de la brûlure permet d’éviter un risque de surinfection. On préférera utiliser un antiseptique sans alcool (ex : chlorhexidine en phase aqueuse) pour ne pas provoquer de douleur.Les topiques cutanésIls doivent être appliqués après la désinfection sur les brûlures du 1er et du 2nd degré sauf si la lésion est infectée.- La trolamine, associée à des acides gras comme l'acide stéarique, agit comme un émulsifiant. Après application cutanée, elle développe des propriétés occlusives et hydratantes, augmente le recrutement des macrophages au niveau de la plaie, favorise la cicatrisation au niveau du derme et la formation de tissu de granulation.- L’Osmosoft : il s’agit d’un hydrogel à la structure hyperosmotique. Cela lui permet d’attirer les molécules d’eau des couches inférieures de l’épiderme vers les couches superficielles, déshydratées à cause de la brûlure. Il permet d’apaiser la brûlure, de la réhydrater de façon rapide et prolongée l’épiderme et de calmer l’érythème.- Le Cicatryl : ces petits sachets de pommade sont notamment composés d’hyaluronate de sodium, d’allantoïne et d’acétate d’alpha tocophérol. Le Cicatryl apaise les plaies et accélère leur cicatrisation.- Les crèmes cicatrisantes des laboratoires dermatologiques : Cicalfate (Avène), Cicaplast (La Roche Posay), Cicabio (Bioderma) : ces topiques contiennent tous du cuivre et du zinc pour limiter la prolifération bactérienne. Ils sont également composés d’actifs réparateurs (respectivement le [C+-Restore]TM, le madécassoside et l’AntalgicineTM). Ils peuvent être utilisés sur la peau et les muqueuses.Les pansements adaptésEn dehors des brûlures du premier degré, toutes les autres brûlures nécessitent une protection de la plaie par un pansement. Celui-ci permet de favoriser la cicatrisation en maintenant un micro-environnement humide, néanmoins perméable aux échanges gazeux, et de limiter le risque de cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes.Les pansements hydrocolloïdes ou hydrogels permettent de former un gel humide favorable à la cicatrisation et protègent la brûlure des contaminants extérieurs. Leur taille doit être choisie de façon à ce qu’ils dépassent de 2 ou 3 cm de la lésion.Les tulles gras peuvent également être proposés. Ces pansements sont composés d’un tissu de viscose à mailles serrées, imprégné de vaseline. Ils créent un environnement humide propice à la cicatrisation, n’adhèrent pas à la peau et peuvent donc être retirés sans douleur.Enfin, les propriétés apaisantes et cicatrisantes du miel sont mises à profit par certains laboratoires. URGO propose ainsi des Pansements Cicatrisants Miel. Le miel médical est emprisonné dans une compresse hydrogel, absorbe les exsudats, soulage et favorise la cicatrisation.Prise en charge de la douleurUne brûlure, même superficielle, peut être source de douleur. Dans ce cas, l’antalgique de première intention demeure le paracétamol. 


Source : lequotidiendupharmacien.fr