Un peu de physiopathologie  Abonné

Publié le 16/05/2013

La physiopathologie de la migraine relève à la fois d’événements neuronaux (avec une hyperexcitabilité neuronale d’origine génétique et environnementale) et d’événements vasculaires, et met en jeu le système trigéminovasculaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte