Un peu de physiopathologie  Abonné

Publié le 14/03/2013

Les HPV ont un tropisme spécifique pour les kératinocytes. HPV1 est plus particulièrement associé aux épithéliums très kératinisés de la paume des mains ou de la plante des pieds. Les HPV ont également une prédilection pour les peaux humides qui présentent des microtraumatismes. Le virus est inoculé aux cellules basales de l’épithélium à l’occasion d’une brèche dans le revêtement cutané. À ce niveau, l’infection est abortive mais elle est responsable de la prolifération du virus à l’origine des verrues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte