NDMA dans le valsartan

Un faible risque confirmé  Abonné

Par
Didier Doukhan -
Publié le 17/09/2018

Après révision de ses méthodes de calcul, l'Agence européenne du médicament (EMA) confirme le faible risque de cancer au cours de la vie d'un patient ayant reçu du valsartan contenant de la NDMA (nitrosodiméthylamine), l'impureté retrouvée dans les produits fabriqués par Zhejiang Huahai au début de l'été. L'agence estime en effet que le risque de cancer au cours de la vie est de l'ordre de 1/5 000 pour un patient adulte ayant reçu des comprimés de valsartan (avec l'impureté) à la plus haute dose (soit 320 mg) tous les jours de juillet 2012 à juillet 2018.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte