Le détournement du baclofène en coupe-faim inquiète les autorités de Santé

Publié le 05/01/2015

Disposant d’une AMM depuis quarante ans dans le traitement de la spasticité musculaire, le baclofène bénéficie d’une RTU depuis mars 2014, dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance. Mais ce myorelaxant d’action centrale est utilisé, sous Liorésal 10 mg et Baclofène Zentiva 10 mg, de manière abusive hors AMM pour des régimes amaigrissants.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)