Épilation : un projet d'arrêté prend les dermatologues à rebrousse-poil

Par
Publié le 03/06/2019
LP

LP

Un projet d’arrêté autorisant les esthéticiennes à pratiquer l’épilation par lumière pulsée prend les dermatologues à rebrousse-poil.

Jusqu’alors, tout mode d’épilation était considéré comme un acte médical, à l’exception de l’épilation à la pince ou à la cire. Un projet d’arrêté du ministère de la Santé devrait modifier cette restriction en autorisant les instituts de beauté à pratiquer également l’épilation par lumière pulsée. Cette méthode consiste à envoyer un faisceau concentré de lumière, la chaleur produite étant censée détruire le bulbe du poil.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)