De l’adiposité androïde à l’insulinopénie  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 19/03/2018

Obésité, sédentarité, hémochromatose, endocrinopathies, infection chronique par le VHC ou le VIH, carence en vitamine D, exposition à des agents toxiques (tabac, bisphénol A…), etc. perturbent les voies de signalisation de l’insuline et constituent, associés à une vulnérabilité génétique, autant de facteurs de risque d’insulinorésistance signant l’apparition d’un diabète de type 2 (DT2) ou diabète non insulino-dépendant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte