Congrès de cancérologie (SFC) à Paris

Course aux biomarqueurs  Abonné

Publié le 27/06/2016

Après ses premières AMM, l’immunothérapie par anti-PD1 devrait s’élargir à d’autres indications : dans le cancer du rein (le dossier est en cours d’enregistrement (1)), dans les carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures et dans le cancer de la vessie. Des premières données intéressantes ont également été rapportées dans d’autres types de cancer (estomac, ovaire…).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte